Khadijah A. BA, PDG de DER MOND GROUP : « Notre objectif est d’être présent sur toute la chaîne de valeur de l’industrie pétrolière »

Khadijah BA
Khadijah BA

Vous ne connaissez certainement pas son visage, mais vous avez peut être entendu parler de l’entreprise qu’elle a fondée et dont elle assure la présidence : Der Mond Group. Khadijah A. BA est sans nul doute la révélation de ces dernières années, dans le secteur très fermé du « Oil & Gas ». En moins de cinq années, cette sénégalaise à l’énergie débordante, est en phase de réussir son pari: constituer un groupe de référence dans le secteur des hydrocarbures en Afrique, mais pas seulement. INTERVIEW

L’entreprise que vous dirigez est de plus en plus connue mais pas vous. Qui êtes vous ? Pouvez-vous nous présenter brièvement votre parcours personnel, comment avez-vous intégré le monde du pétrole ?

J’ai démarré mes études et mon parcours professionnel à Montréal.
J’y ai décroché mon baccalauréat français en Economie et Sciences sociales. Il y a une seule personne, mon frère Khadim Ba qui n’arrêtait pas de me parler de ce milieu mystérieux des hydrocarbures. Je lisais chaque mois ces newsletters et je me rappelle qu’il était si pressé que je lui pose des questions sur ce secteur. Et le jour de sa thèse sur les hydrocarbures a été pour moi, un des éléments qui ont guidé mon choix.
Puis entre temps, j’ai choisi de faire mon stage chez British Petroleum (BP) à Calgary, et c’est à partir de ce moment que j’ai vraiment découvert ma passion pour l’industrie pétrolière.
Après avoir obtenu mon Diplôme en Licence de l’Université de Paris Sorbonne d’Abu Dhabi, j’ai commencé un MBA, tout en faisant un stage full time de 9h à 17h de neuf mois chez « Technip Abu Dhabi », l’un des leaders mondiaux de l’ingénierie. Et j’allais à mes cours le soir. Ensuite, tout en préparant mon Master, j’ai travaillé chez « Schlumberger Middle East SA », pendant près de deux ans et demi. Ce fut une opportunité exceptionnelle d’enrichir mes connaissances pratiques et d’acquérir de nouvelles compétences.
De plus, j ai eu la chance d’être exposée au milieu britannique, français et américain, de ce secteur ce qui est d’une immense richesse. Vivant à Abu Dhabi et ayant acquis une solide expérience dans l’industrie pétrolière et gazière, j’ai su qu’il était temps de réaliser mon rêve et, en 2015, j’ai créé ma propre société Der Mond Group avec le corp business Der Mond Oil and Gas.

Pourquoi avoir créé Der Mond Oil & Gas au lieu de poursuivre une carrière si prometteuse dans les grandes multinationales du secteur ? quelles ont été vos motivations ?

L’industrie pétrolière et gazière a façonné le monde dans lequel nous vivons. Être un acteur de cette industrie c’est être confronté aux enjeux de la géopolitique actuelle et cela permet de mieux comprendre le monde, mais ce monde change et j’ai compris que le temps était venu de répondre aux enjeux de demain. L’arrivée aux commandes de jeunes talents, surtout la place des femmes dans cette industrie, qui est malgré tout vue comme très masculine, et l’essor que va prendre certains pays de l’Ouest, du fait des dernières découvertes dans le secteur, confirment que j’ai fait le bon choix.
Et je peux dire aujourd’hui, que je me vois comme un aigle très polyvalent , possédant une vision nette et des caractéristiques uniques.
Cela m’encourage, avec mon équipe, à abandonner les croyances obsolètes et les positions confortables, pour nous envoler vers des “royaumes inconnus” où de nouvelles réalités élargissant continuellement notre point de vue.

Quelles sont les activités que Der Mond Group mène aujourd’hui ?

Notre objectif premier est d’être présent sur toute la chaîne de valeur de l’industrie pétrolière. Nous sommes actuellement très concentrés sur les activités de trading mais nous nous préparons à entrer dans le domaine de l’Upstream qui est actuellement ma compétence et nous sommes en cours de réflexion sur une activité liée à la distribution de produits pétroliers.
En parallèle, nous avons mis en place la Der Mond Academy. Notre premier objectif en lançant ce centre de formation, est d’offrir au plus grand nombre (ingénieurs, techniciens, chefs d’équipes, opérateurs, jeunes …) une formation certifiante dans le domaine crucial de la sécurité industrielle. Notre première formation a eu lieu à Dakar en juillet dernier.

Le secteur Oil & Gas est très particulier et souvent détenu par les multinationales étrangères, avez-vous des difficultés dans l’exercice de votre métier, du fait que vous êtes une femme, de surcroît africaine et jeune ?

Je crois au contraire que d’être une jeune femme africaine est l’atout principal de notre réussite. Cette industrie change, les nouvelles technologies, la génération de papy boomer qui part à la retraite, le besoin d’attirer de nouveaux talents, tout cela sont des challenges qu’une jeune femme africaine bien dans son temps peut naturellement relever.
De plus, ces pays que j’approchais ou vice versa ont très bien compris que l’Afrique est l’avenir et cherchent toujours le meilleur partenaire de confiance qui pourrait leur ouvrir des opportunités sur le continent.
Je tiens à souligner ici à la génération actuelle et future que les études, la culture, le savoir combinés est la meilleure arme qu’une personne peut détenir. Lorsque vous détenez tous ces atouts en mains, croyez moi vous êtes libre, libre de toute discrimination et vous aspirer à l’admiration et au respect !

Vous dirigez une entreprise relativement jeune mais qui aspire à être une des références dans son secteur en Afrique, quelles sont les actions que vous comptez mener pour réaliser cette ambition ?

Quand on pense référence dans ce secteur, il ne faut pas penser en termes de taille.
Créer un nouvel Exxon ou Total n’est pas notre ambition et de toutes les façons, je ne pense que cela soit possible aujourd’hui.
Nous souhaitons devenir une référence par nos actions auprès de nos employés, de nos partenaires, des pays hôtes et de leur population et la mise en place de Der Mond Academy démontre clairement que nous avançons sur ce chemin.

Le Sénégal, votre pays, est appelé très prochainement à intégrer le cercle très fermé des Etats producteurs de pétrole. En votre qualité d’actrice majeure du secteur, comment le pays devra-t-il faire pour profiter pleinement de cette manne qui s’annonce ?

Ce que fait mon pays pour accompagner ces découvertes est vraiment unique. J’en profite pour remercier notre gouvernement pour cela.
L’unique but est de s’assurer que ces développements profitent à toute la population.
Pour cela il a fallu aller voir comment cela se passe ailleurs. S’inspirer du positif et mettre en place les règles pour éviter le négatif.
Les découvertes de gisements pétroliers sont une bénédiction pour le Sénégal, n’en faisons pas une malédiction. Je suis convaincue que notre pays est suffisamment mature politiquement pour accompagner le succès de ces développements.

Votre entreprise est dans un secteur qui dégage beaucoup de profit, la responsabilité sociale de l’entreprise est-elle dans vos priorités ? Si oui, quelles sont les actions menées dans ce sens ?

Der Mond Group est pleinement conscient de sa responsabilité dans le développement social des pays dans lesquels nous intervenons.
Le lancement de l’Académie en est un parfait exemple. A savoir, s’assurer dans un premier temps, que mes concitoyens soient en mesure de postuler aux emplois que cette nouvelle industrie pétrolière ne manquera pas de générer.
Nous discutons, par ailleurs, avec les autorités compétentes pour identifier d’autres besoins, d’autres projets.

Comment envisagez-vous l’avenir de Der Mond Oil & Gas, comptez-vous ouvrir des filiales dans d’autres secteurs d’activités ? Avez-vous des projets d’ouverture dans d’autres pays africains ?

Der Mond Group va se développer sur ses points forts au Moyen Orient, en Asie Pacifique, Afrique, le Sénégal bien sûr mais aussi la sous-région ou nous sommes déjà présents.
Cependant, je crois fermement que le Sénégal a vocation à devenir un hub énergétique pour la région.  Der Mond Oil & Gas est une division et le coeur même dirais-je de Der Mond Group, qui fait également des affaires dans les métaux et pierres précieuses, ainsi que des perles de luxe.
Nous y avons ajouté Der Mond Real Estate pour investir dans l’ immobilier et tout récemment, comme je l’ai rappelé, dans la formation et la consultance avec Der Mond Academy.
Tout cela n’aurait été possible sans le soutien constant de ma famille, que je tiens à remercier. Je remercie également mon conseil d’administration, mes conseillers et mentors ainsi le conseil des 5 sages pour leur accompagnement et leur soutien infaillible depuis des années. Ils ont toujours cru en moi et en mes capacités et comme ils le disent souvent : « il faut absolument canaliser cette énergie de Khadijah dans le bon sens ».
Je profite de l’occasion que vous m’offrez pour leur rendre un grand hommage.

Propos recueillis par A.C. Diallo
© Magazine BUSINESS AFRICA