« Nos fondamentaux sont solides » Francesco De MUSSO – Directeur Général de BGFIBank EUROPE

Francesco De Musso
Francesco De Musso

Filiale du Groupe financier BGFI Bank, BGFIBank EUROPE fête cette année ses dix ans d’activités. L’occasion pour nous d’interroger son Directeur Général M. Francesco De Musso, sur son appréciation des résultats obtenus mais aussi son sentiment sur les défis à relever pour les prochaines années. Interview.

BGFIBank Europe fête cette année son dixième anniversaire, qu’est-ce que cela vous inspire ?

BGFIBank Europe est un acteur de l’excellence africaine. Positionnée en tant que hub pour le financement des opérations internationales, elle est une des onze entités bancaires du groupe BGFIBank, premier groupe financier d’Afrique centrale. Cet anniversaire est la preuve de notre capacité à porter nos valeurs et nos succès hors du continent. Peu de groupes bancaires africains peuvent se targuer d’une telle présence en Europe et résilience dans un environnement financier, politique et réglementaire en mutation perpétuelle. Un tel succès nous renvoie également à la responsabilité qui est la nôtre quant aux valeurs que nous incarnons au quotidien. Ces valeurs sont celles prônées par notre groupe BGFIBank et s’articulent autour du Travail, de l’Intégrité, de la Transparence, de la Responsabilité et de l’Esprit d’équipe. Sous l’égide de notre Président-Directeur Général M. Henri-Claude Oyima, nous avons tenu à célébrer cet anniversaire aux côtés de nos clients et partenaires à l’issue d’une cérémonie organisée le 20 novembre à la Maison Blanche dans le 8e arrondissement de la capitale.

La création de cette filiale européenne répondait-elle à un besoin spécifique ou était-ce juste une présence de prestige ?

La création en 2009 de BGFI International (désormais BGFIBank Europe) répondait à la nécessité pour notre groupe de se doter d’un instrument à l’international, capable de piloter ses opérations entre le continent africain et le reste du monde. Cette ouverture s’inscrivait dans une volonté de multiplier les synergies dans un contexte d’internationalisation du groupe. Après l’ouverture des filiales du Congo Brazzaville en 2002 et de la Guinée équatoriale en 2003, le groupe a accéléré son développement en France et en Afrique avec l’ouverture de sept filiales entre 2009 et 2015 : en Afrique centrale avec le Cameroun, la République Démocratique du Congo et São Tomé et Principe ; et en Afrique de l’Ouest avec la Côte d’Ivoire, le Bénin, le Sénégal et à Madagascar. A la tête de plusieurs banques, notre groupe se devait de se doter d’un outil à l’international capable de piloter sa trésorerie et ses opérations de change et de trade finance. Par sa présence à Paris, notre établissement a également contribué à accroitre la réputation du groupe dans un environnement réglementaire exigeant en matière de supervision bancaire mais également en termes de solvabilité, de liquidité et de conformité. Face à de tels défis, BGFIBank Europe n’a eu cesse de contribuer à l’alignement des normes internes du groupe aux standards internationaux de la profession.

Quels ont été les grands défis pour la banque au cours de ces dix dernières années ?

C’est en 2015 que BGFI International est devenue BGFIBank Europe suite à l’extension de son agrément à la collecte de dépôts auprès des entreprises. Cette étape a été clef dans le développement de notre entité dans la mesure où en parallèle les avoirs extérieurs détenus par nos filiales du groupe n’ont cessé de se réduire, en raison notamment, de la baisse du cours des matières premières, d’une part, et du durcissement de la réglementation des changes en Afrique centrale, d’autre part.

Le premier enjeu pour notre banque fut évidemment le passage des accords de Bâle 2 à Bâle 3 en 2010 qui a touché tout le secteur bancaire et s’est notamment traduit par le renforcement des règles prudentielles en matière de solvabilité et de liquidité, d’une part, et l’intensification des contraintes en matière de gouvernance et de contrôle interne, d’autre part. Pour répondre à ces nouvelles exigences réglementaires, BGFIBank Europe a progressivement mis en place une série de mesures ayant pour but de :
– renforcer notre gouvernance et notre dispositif de contrôle interne pour une meilleure maîtrise des risques, et
– adapter notre plan stratégique aux activités moins risquées et plus rentables.

Le second défi pour notre filiale a été de faire face la tendance générale de de-risking des différentes banques occidentales. Ce mouvement a eu pour conséquence de limiter l’activité de correspondent banking, c’est à dire de traitement des opérations de transfert et de rapatriement, qui fut une des activités cible de BGFIBank Europe. Ainsi, de nombreuses banques africaines se sont vues imposer la clôture de leurs comptes auprès de leurs correspondants bancaires, en particulier sur les comptes en dollar alors même que les échanges internationaux entre l’Afrique et le reste du monde n’ont cessé de croître sur la période. Dans ce contexte, notre banque a dû adapter son offre en encadrant nos flux et en accompagnant nos clients sur des instruments de financement innovants ou sur d’autres devises comme l’Euro.

Quels sont, aujourd’hui, les chiffres clés de BGFIBank EUROPE ?

BGFIBank Europe en quelques chiffres, c’est une cinquantaine de collaborateurs basés à Paris, une centaine de corporate internationaux actifs, 40 millions d’euros de capital, 300 millions d’euros de total bilan et un produit net bancaire qui avoisine les 12 millions d’euros. Nos indicateurs clefs sont en forte progression sur les trois dernières années avec une hausse de 110% de notre produit net bancaire sur la période, un résultat brut d’exploitation et une rentabilité attendus, respectivement, à 4 M€ et 3 M€ fin 2019.       Nos ratios réglementaires et de gestion sont en conformité avec notamment une solvabilité supérieure à 20%, un coefficient d’exploitation de 65%, sans oublier notre coût du risque évalué à 0,4% de nos encours clientèle.

Dix ans pour une banque, c’est l’âge de la maturité mais aussi des questionnements, comment envisagez-vous à présent l’avenir, plutôt serein ?

Après 3 ans à la tête de BGFIBank Europe, nous avons – mes équipes et moi-même – eu à relever de nombreux défis tant stratégiques que réglementaires. A présent, nos fondamentaux sont solides : nous avons amélioré la performance et les perspectives sont positives. Les chiffres parlent d’eux-mêmes !

Aujourd’hui, notre nouveau challenge est de gagner en autonomie financière. Notre agrément d’établissement de crédit spécialisé dans les entreprises ne suffit plus à faire face à la demande sur nos marchés. Notre capacité à servir nos clients dépend désormais du renforcement et de la diversification de nos ressources. C’est à ce titre que nous avons soumis une nouvelle demande d’extension d’agrément auprès de l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution afin de tirer parti de la liquidité des marchés européens. L’obtention de cette extension nous permettra à terme, je suis confiant, de gagner notre autonomie financière et ainsi diversifier notre gamme de financement auprès de nos clients et correspondants.

Notre continent a besoin de banques africaines comme la nôtre, capable d’accompagner ses champions et ses champions en herbe avec une offre adaptée et sur mesure. Grâce à notre implantation en Afrique centrale et Afrique de l’Ouest, notre connaissance de l’environnement et de ses acteurs est un atout. Le continent est en pleine mutation et notre transformation permanente pour capter les opportunités qui s’offrent à nous et auxquelles les banques occidentales ont en grande partie renoncées. Les problématiques de change précédemment évoquées et la diversification de nos financements octroyés aux institutions financières et au corporate sont des opportunités de développement pour BGFIBank Europe.

L’Europe traverse en ce moment une période cruciale, avec notamment le Brexit mais aussi les relations économiques tendues avec les USA et la Chine. Ces péripéties n’influent-elles pas sur vos activités ?

Le contexte dans lequel nous évoluons est fortement impacté par les événements que vous mentionnez. Bien que les économies africaines sur lesquelles nous intervenons restent dynamiques en terme de croissance, l’exercice de notre activité et notamment nos relations avec les banques correspondantes s’avèrent de plus en plus complexes (politique de de-risking, raréfaction du dollar comme monnaie de règlement de nos transactions, etc.). Néanmoins, ces défis sont autant d’opportunités pour une banque africaine dynamique et résiliente comme la nôtre. Nous constatons déjà un changement de la part de nos clients internationaux qui historiquement adossés aux banques occidentales font désormais appel à l’expertise de banques africaines comme BGFIBank pour saisir les opportunités de croissance en Afrique.

Quelles sont vos perspectives pour les 10 prochaines années ?

Dans un environnement contrasté, nos perspectives à venir sont nombreuses et notre ambition reste de bâtir un groupe financier africain pour le monde. L’an prochain, le projet d’entreprise du Groupe Excellence 2020 s’achève. Un nouvel horizon s’ouvre à nous et il nous appartient de préparer notre futur projet d’entreprise sur les cinq prochaines années. Nous travaillons d’arrache-pied au quotidien pour nous réinventer sans cesse et répondre aux besoins d’une clientèle plus nombreuse et plus exigeante. En complément de notre offre traditionnelle, les enjeux de BGFIBank Europe sont doubles.

Tout d’abord, le renforcement de notre capacité à accompagner nos clients par le renforcement de nos ressources et la diversification de notre offre produits. Nous envisageons à minima de doubler notre total bilan et multiplier par quatre notre rentabilité sur la période.
Le second enjeu est technologique avec entre autres l’amélioration de la sécurité et de la qualité de nos opérations au travers de la digitalisation de notre offre.
En résumé, notre défi est de mettre notre ADN de banque africaine au profit d’une clientèle internationale et ainsi faire de BGFIBank Europe un trait d’union incontournable entre l’Afrique et le reste du monde.

Interview réalisée par A.S. TOURE