Gertrude PEM, Directrice du Grand Hôtel de Bamako (Groupe AZALAI)

Gertrude PEM
Gertrude PEM

Gertrude PEM a commencé ses classes chez le Groupe Accor, une vraie école de formation et un tremplin dont elle reste très fière et reconnaissance. C’est en effet au sein du Groupe Accor qu’elle a appris les rudiments du métier d’hôtelier, dans toute sa complexité et ses subtilités car, c’est bien tout au bas de l’échelle que tout a commencé pour elle. A force de travail, de sacrifice, mais également de beaucoup d’amour pour ce métier, elle a petit à petit composé ce puzzle qui, aujourd’hui, n’est que le fruit de beaucoup d’années de passion et de rigueur. Parcours.

Diriger un hôtel est un travail d’équipe et un esprit de corps s’obtient en fédérant le personnel. Tout le monde doit partager les valeurs et les objectifs communs.
Sur ce plan Gertrude PEM n’est pas peu fière du résultat obtenu : «Ma satisfaction est de voir aujourd’hui des collaborateurs que j’ai formés occuper des postes de responsabilités, car comme je le dirait toujours, il revient au manager de
déceler les talents qu’il peut y avoir dans ses équipes. Même si c’est un
seul talent, savoir en “Il revient au manager une année sabbatique tirer profit et l’emmener de déceler les talents à l’exprimer complètement, pour en faire des personnes autonomes dans ce qu’ils savent faire le mieux. C’est en cela qu’on compose des équipes efficaces, complémentaires et dynamiques ».

Capacité d’adaptation

Gertrude PEM a également bénéficié d’un atout majeur, durant sa carrière, elle a eu la chance de beaucoup voyager à travers l’Afrique, ce qui lui a permis de développer une capacité d’adaptation, essentielle lorsqu’on est en mobilité internationale. « L’on pense souvent à tort que quand on arrive quelque part comme responsable, c’est aux autres de comprendre et de s’y conformer…Sur le terrain, la réalité est beaucoup plus nuancée car, plus que quiconque, vous devez vous surpasser et à chaque fois démontrer que vous n’êtes pas là par hasard, et pour cela, au-delà du savoir-faire, l’on a besoin d’une bonne dose d’humilité, de diplomatie, mais tout en gardant néanmoins un certain charisme, car étant constamment en représentation « 

Gertrude est aujourd’hui à la tête du mythique Grand Hôtel de Bamako. Une consécration certes, mais aussi un immense challenge qu’elle devra relever au quotidien. « Je suis fière de participer au développement du Groupe AZALAI, et partage à 250% la vision du promoteur, M. Mossadeck BALLY, qui croit en la jeunesse africaine et positionne ses établissements aux normes internationales. Je peux vous garantir que ce jeune groupe qui commence à être tentaculaire dans toute l’Afrique n’a pas à rougir devant ces géants centenaires, sur la scène touristique internationale ». Bon vent Gertrude !

A.T